Portnikov : Le deuxième et le troisième niveau des sanctions sont des termes du passé maintenant. Après que le boeing a été abattu, le monde a radicalement changé.

Par Vitaliy Portnikov
07.21.2014
Traduit de l’anglais par Voix de l’Ukraine 

Si en 1983, après qu’un avion sud-coréen ait été abattu par l’URSS, l’Ouest a mis huit ans pour liquider le régime communiste, quelques années ou même quelques mois seulement seront nécessaires à la ruine du régime de Poutine. Le journaliste Vitaliy Portnikov en est convaincu.

Après la tragédie de l’avion et de ses passagers abattu par les mercenaires de Donetsk, les États-Unis et l’Union européenne ont des intentions assez sévères envers la Russie. C’est ce qu’a déclaré le journaliste et publiciste ukrainien Vitaliy Portnikov à Gordon publication.

« Les dernières déclarations du Président américain Barack Obama, du Premier ministre de Grande-Bretagne David Cameron, de la chancelière allemande Angela Merkel, et du Président français Francois Hollande le confirment : après que le Boeing 777 a été abattu, les États-Unis et l’Union européenne ont des intentions assez dures, personne ne va laisser la question de l’enquête de côté, » Portnikov en est convaincu.

Le journaliste souligne qu’il n’est plus pertinent de parler d’un troisième niveau de sanctions envers la Russie, directement liée à la tragédie.

« Nous ne pouvons pas décrire exactement ce que sera la réaction des États-Unis et de l’Europe envers la Russie après la tragédie du Boeing 777. Mais il est évident que les sanctions des deuxième et troisième niveau appartiennent au passé. Après l’acte terroriste contre l’avion qui volait au dessus de l’oblast de Donetsk, le monde a changé si radicalement que nous ne pouvons pas comprendre l’ampleur de ces changements,”a déclaré Portnikov.

Le journaliste a fait une comparaison historique avec 1983, quand un chasseur soviétique Su-15 avait abattu un Boeing 747 sud-coréen. 246 passagers et 23 membres de l’équipage sont morts dans le crash. L’événement avait provoqué une sérieuse escalade dans les relations complexes entre l’URSS et les États-Unis à l’époque.

« Dans les années 1980 les États-Unis et l’Europe n’avaient aucun moyen pour influencer l’URSS de manière significative. L’Union soviétique, par opposition à la Russie, était un État qui faisait partie d’un cycle de production pratiquement verrouillé, il n’aurait pas pu être atteint à l’aide de sanctions économiques. Et la lutte contre un État nucléaire n’est pas quelque chose que souhaite n’importe quel pays raisonnable dans le monde. Mais l’Occident a néanmoins lancé le mécanisme afin de ruiner l’URSS, » a souligné Portnikov.

«  À partir de 1983 jusqu’au début de la perestroïka, trois années se sont écoulées, et seulement huit ans ont été nécessaires à la ruine de l’URSS. C’est la réaction de l’Occident, car après que l’avion ait été abattu, personne aux États-Unis ou en Europe n’avait de doute : l’État de l’autre côté du rideau de fer était une conspiration de fous. La seule possibilité de coexister avec un tel État est son élimination. C’est l’élimination du régime communiste qui est devenue l’objectif principal pour que le monde civilisé survive. L’objectif a été défini et atteint. Aujourd’hui le processus historique s’est accéléré. Il est difficile de prédire la chute du régime de Poutine, mais ce qui prenait d’habitude des décennies prend aujourd’hui quelques mois et années ! » a assuré Portnikov.

Source: EuromaidanPress

Advertisements
This entry was posted in French, Portnikov other languages, War in Donbas and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s