Les Ukrainiens sont-ils prêts à perdre la guerre pour nuire à Poroshenko ?

http://espreso.tv/article/2014/07/31/ukrayinci_hotovi_prohraty_viynu_na_zlo_poroshenku

 

Mobilisation“Nous sommes contre la mobilisation”

 

En Ukraine, une vague d’hystérie se répand contre la mobilisation partielle. L’argument principal des nouveaux « pacifistes » est l’absence de mobilisés parmi les VIP. Il semble que, en raison de la « haine de classe » nombreux sont ceux qui sont prêts à faire le jeu de Poutine et même à perdre l’État.

La logique de ceux qui sont indignés par la mobilisation est assez simple : « Pourquoi devrais-je risquer ma propre vie tandis que les fils de Poroshenko et de Turchynov ne vont pas à l’armée ? ». À partir de là se développe à travers l’Ukraine l’action des « mères de soldats », qui bloquent les routes, à la grande joie du Kremlin et des chaînes de télévision de la propagande russe. Récemment un présentateur de télévision bien connue dans la région de Lviv, Ostap Drozdov, a ajouté de l’huile sur le feu ; avec ses appels à boycotter la mobilisation, il a suscité l’ire du gouverneur Irène Seh.

Hier lui est venu en renfort l’ex-épouse de Vlasenko, le défenseur de Tymoshenko, la scandaleuse Natalia Okunska, laquelle collaborait régulièrement aux campagnes de propagande du régime de Ianoukovitch.

Une telle attitude face à la mobilisation n’est pas seulement une crainte naturelle pour sa propre vie et sa santé ou pour celles d’êtres chers. C’est la suite logique des relations entre les citoyens et l’armée qui remontent aux « soviétiques » années 80, quand l’armée, avec sa guerre insensée en Afghanistan, son « bizutage », sa peinture des feuilles sur les arbres, son balayage des places publiques et sa construction de cottages pour généraux, pouvaient raisonnablement être considérée comme quelque chose d’étranger et d’inutile. À la même époque de corruption généralisée l’appareil répressif soviétique permettait déjà d’échapper facilement à l’honorable obligation de servir dans l’armée. Pendant les wild nineties, le service militaire était devenue le sort réservé exclusivement aux « pigeons » qui n’avaient ni l’argent, ni les relations pour échapper au service. Ces dernières années, les effectifs des forces armées ont continuellement diminué et, finalement, faire son service était seulement nécessaire pour ceux qui en avaient besoin pour une carrière future dans les structures d’application de la Loi.

Mais avec l’agression russe dans le pays, la situation a évolué très rapidement et d’une armée pratiquement liquidée pendant l’époque de Yanukovych dépend maintenant au premier chef, ni plus, ni moins, l’existence même de l’Ukraine. En même temps la mentalité soviéto d’une grande partie de la population est restée, et l’absence de mobilisation des VIP n’est juste qu’une excuse pour refuser toute responsabilité à l’égard du destin du pays. Ils disent, laissez les enfants des millionnaires protéger l’État, et moi je regarderai. Dans les services de sécurité russes et leurs organes de propagande on a trop bien conscience de ces particularités mentales (parce qu’elles sont aussi inhérentes aux Russes), on va donc provoquer et réchauffer dans la société ukrainienne l’« humeur pacifique ».

S’il n’y a pas de conscription des enfants des gens bien placés, est-ce une raison suffisante pour refuser la mobilisation ? Bien sûr que non. Oui, la loi doit être égale pour tous, quelle que soit la richesse et les positions des parents. Mais, n’oubliez pas que notre élite est un prolongement direct de notre société avec tous ses défauts. Une personne qui échappe elle-même à la mobilisation, a-t-elle le droit moral de reprocher à quelqu’un la même chose, seulement parce qu’il est le fils d’un ministre ou du Président ? Est-ce que les Ukrainiens sont prêts à perdre la guerre et à livrer à l’appétit des terroristes leur villes et leurs régions, et l’ensemble du pays, juste pour stigmatiser les oligarques et les bureaucrates ?

En outre, les adversaires de la mobilisation reproche au gouvernement d’appeler des gens qui n’ont pas de formation militaire adéquate. Cependant, ils ne sont pas du tout inquiets de l’absence de préparation militaire des enfants des grands chefs qu’ils sont disposés à envoyer dans la zone de l’ATO sans aucune réserve. Demander la mobilisation des VIP est, bien entendu, nécessaire, mais il ne faut pas supprimer la mobilisation générale, mais l’y ajouter.

Un autre argument des opposants à la mobilisation, c’est que, par exemple, le Donbass doit être défendu par les habitants de cette région et les Galiciens, les Voliniens et les autres Ukrainiens doivent se préparer à défendre leurs propres maisons et ne rien faire dans le Donbass. Certains même, sans aucune pudeur, demandent qu’on donne à Poutine la région du Donbass, car une grande partie des habitants ne veulent pas vivre en Ukraine et soutient les terroristes de la DNR et de la LNR (les entités séparatistes, NDT).

La fausseté et même le caractère criminel d’une telle logique est plus qu’évident. Les Girkin, les Bolotov et cie ne se battent pas seulement pour le Donbass et pas seulement pour ce qu’on appelle la « Novorossia », où ils incluent toutes les régions du sud-est. Ils se battent contre l’Ukraine en tant que réalité géopolitique. Dans les visées impérialistes des idéologues de la guerre terroriste il n’y a aucune place pour l’Ukraine, ni à Donetsk, ni à Kiev ni en Galicie. Ils nient le fait de l’existence des Ukrainiens et par conséquent jamais ils n’accepteront l’État ukrainien. Si on leur donne le Donbass, viendra ensuite le tour de Dnipropetrovsk, de Kharkiv, d’Odessa, de Kiev et de Lviv. Et se représenter avec cette idéologie Lviv comme la ville « identitairement russe » du nouvel empire russe n’est pas trop difficile.

Par conséquent, l’opération antiterroriste dans l’est n’est pas seulement une guerre pour le Donbass et le sud-est, c’est une guerre pour l’Ukraine. Et si on ne détruit pas les terroristes dans le Donbass, la guerre peut venir dans chaque maison et aucun Ukrainien ne se sentira en sécurité. Par conséquent, toutes les protestations contre la mobilisation, qui seraient justifiés à première vue indépendamment de leurs motifs, font, consciemment ou inconsciemment, tout simplement le jeu de Poutine et des terroristes qu’il soutient.

Taras Klotchko

This entry was posted in French. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.